Texte de la conférence : Les réseaux sociaux littéraires à travers les éloges liminaires : l’exemple poitevin des Sainte-Marthe (fin XVIe-début XVIIe siècles), Poitiers, 1er juin 2023

Mesdames et Messieurs bonsoir,

Je tiens avant tout à adresser tous mes remerciements à la Communauté urbaine du Grand Poitiers et à la Médiathèque François-Mitterrand de m’accueillir et de me permettre de plonger avec vous quatre siècles en arrière, pour parler d’un objet littéraire particulier, le poème d’éloge amical. Et pour donner davantage de relief à ce sujet, je n’en parlerai pas in abstracto, mais en l’illustrant par les écrits d’une famille illustre du Poitou, les Sainte-Marthe, et de leur entourage.  

Le plus éminent représentant de cette famille est bien connu, il s’agit de Gaucher dit Scévole de Sainte-Marthe, natif de Loudun, qui fut maire de Poitiers, à deux reprises, sous les règnes d’Henri III et d’Henri IV, puis trésorier de France sous le règne de Louis XIII, dans cette même généralité de Poitiers. Henri IV disait de lui que c’était « l’homme le mieux disant de son royaume » . C’est dire l’importance de ce personnage et celle que revêt actuellement la publication scientifique de ses œuvres complètes, entreprise par Jean Brunel, professeur à l’université de Poitiers.

La manière dont un texte devient livre suppose un ensemble de procédés à la fois techniques et intellectuels. Les écrits d’un auteur se trouvent encadrés, accompagnés par d’autres types de discours ou de signes. Aujourd’hui, par exemple, la page de titre, la préface pour les essais et certains romans, l’achevé d’imprimé et le 4e de couverture. La préface est souvent allographe, c’est-à-dire écrite par une autre personne que l’auteur, plus connue que lui. C’est ce que Gérard Genette a appelé, sans son essai intitulé Seuils, le péritexte. Dans le livre ancien, ce péritexte était abondant. Les discours d’escorte comprenaient la page de titre, l’épître dédicatoire en prose, un ou plusieurs poèmes d’éloge adressé au dédicataire, plusieurs poèmes composés par les pairs ou l’entourage de l’auteur à sa louange, les approbations et privilège du roi, sans oublier les auxiliaires de lecture que sont les sommaires, tables, errata. Ce qui fera dire à La Bruyère, dans ses Caractères :

Si l’on ôte, de beaucoup d’ouvrages de morale, l’Avertissement au Lecteur, l’Épître dédicatoire, la Préface, la Table, les Approbations, il reste à peine assez de pages pour mériter le nom de livre.

Les œuvres françaises de Scévole de Sainte-Marthe

Si nous prenons comme exemple l’édition de 1569 des Premières Œuvres de Scévole de Sainte-Marthe, à Paris chez Federic Morel (I), nous trouvons :

  • la page de titre, avec un titre en trois parties : le titre principal Les Premières Œuvres de Scévole de Sainte-Marthe gentilhomme Loudunais un sous-titre qui contiennent ses imitations et traductions recueillies de divers poètes grecs et latins un complément du sous-titre Le tout divisé en quatre livres et dédié à Monseigneur le Chevalier d’Angoulême ; l’adresse : A Paris, de l’imprimerie de Federic Morel, rue Saint-Jean de Beauvais, au franc meurier ; l’année en chiffres romains et la mention « avec privilège du roi» 
  • un extrait du privilège du roi accordé à l’imprimeur-libraire Morel (exclusivité de six ans)
  •  une épître dédicatoire en prose (3 pages)
  • un avis au lecteur en prose de 8 pages dans lequel Sainte-Marthe explicite ses intentions et situe cette publication dans le reste de son œuvre
  • à la fin du recueil, une séquence de neuf poèmes d’éloge.
    • une élégie de Jean-Antoine de Baïf « à l’auteur »
    • un sonnet de Rémi Belleau « A M.  Palingène sur la traduction de Scévole de Sainte-Marthe » 
    • une épître en vers latin suivies de deux poèmes en grec, de Charles de Chantecler, 
    • un sonnet signé « Mareschal »
    • un sonnet de Jérôme Hennequin
    • un sonnet de Pierre Tamisier
    • et un autre de Jacques Moysson

Dans l’édition des Œuvres de 1579, seul le sonnet de Belleau est conservé, que nous retrouvons également, dans l’édition de 1600, à Poitiers chez Jean Blanchet, qui substitue aux autres pièces d’éloge amical les poèmes suivants : 

  • une longue élégie en vers français de [René] d’Ambillou
  • un sonnet de Pierre Joyeux [médecin à Loudun],
  • un sonnet de La Valletrie
  • un autre de Jacques de La Fons
  • un quatrain de Louis Trincant [procureur du roi à Loudun] avec une anagramme « La sainte muse te décore » 
  • et un poème latin de William Hegate

Les noms apparaissant dans ces deux recueils des œuvres de Sainte-Marthe appartiennent à des cercles de sociabilité différents, que l’on pourrait ainsi caractériser :

  • les poètes de la Pléiade : Belleau et De Baïf [Ronsard adresse à Scévole le Discours d’un amoureux désespéré, dans le Sixième livre des poëmes, en 1569, en réponse au sonnet «  Ronsard dont les écrits sont un mont de Parnasse, Œuvres, 1569 f. 88 v.]
  • les autres poètes : Jacques de La Fons, poète angevin ; La Valletrie, auteur d’un recueil de sonnets amoureux publié à Paris en 1602 ; Jacques Moysson, poète et ami de Ronsard que Michel Simonin avait surnommé «  le forçat de la pièce liminaire  «  (Simonin, François de Belleforest, p. 80). 
  • la magistrature parisienne : Jérôme Hennequin (1547-1611) conseiller au parlement de Paris qui devint évêque de Soissons, et poète (auteur d’un recueil de 31 sonnets intitulé Regrets sur les misères advenues à la France par les Guerres Civiles, également publié à Paris en 1569) ; Charles de Chantecler, avocat en la cour de Parlement à Paris [et maître des requêtes causarum patronus] ; Pierre Tamisier, natif de Tournus, mort en 1591, procureur au parlement de Paris, également poète
  • le cercle des amitiés et notabilités locales : Pierre Joyeux, médecin à Loudun, Louis Trincant, procureur du roi en cette même ville
  • le cercle savant : l’écossais William Hegate, professeur à Bordeaux, dont l’un de ses ouvrages latins a été publié à Poitiers en 1598 « Gallia victrix« , où nous pouvons lire, entre autres pièces de louange amicales, un sonnet de La Valletrie
  • le cercle familial : René Bouchet d’Ambillou, neveu de Sainte-Marthe et auteur de la pastorale Sidere

D’autres publications de Scévole comportent des poèmes encomiastiques composés par ses pairs ou par son entourage amical : ainsi dans l’Hymne sur l’avant-mariage du roi (1570), nous lisons un sonnet de Pierre Joyeux («  Tu as assez montré que la Muse Romaine  « ) ; dans les Poetica paraphrasis in sacra cantica (1575) : au début du recueil, une pièce latine de Louis de La Ruelle (docteur en droit canon et cousin de Sainte-Marthe) ; à la fin, des pièces latines de Dorat et de Rapin, de Germain Audebert, une pièce grecque de Germain Audebert et deux  pièces latines de son fils Nicolas Audebert ; des pièces latines de Jules de Guersens (1543-1583), de Roland Bétholaud, de Bonaventure Irland [professeur de droit à Poitiers] et de Pierre Joyeux ; dans l’Oraison funèbre du roi Charles IX (1574) neufs distiques latins par Nicolas Goulu, gendre de Dorat. Il ne s’agit pas d’en dresser ici le catalogue exhaustif, mais de montrer à quel point la pratique de l’éloge liminaire (ou post-liminaire) en vers était féconde dans l’entourage de Sainte-Marthe. Peut-être était-ce dû, à son rang social, à son talent d’auteur (plus affirmé encore dans ses compositions latines que françaises), sans doute également à sa personnalité que l’on perçoit comme empathique et tournée vers autrui. Une preuve supplémentaire nous en est donnée par les réactions qui survinrent au moment de sa mort, en 1623, alors qu’il avait atteint l’âge tout à fait respectable de 87 ans.

Le Tombeau de Scévole de Sainte-Marthe

Je veux parler des réactions littéraires, en particulier du Tumulus (Tombeau) de Sainte-Marthe, c’est-à-dire le recueil d’éloges composés par ses amis, ses proches, ses pairs quelques années après sa mort, pour honorer sa mémoire. D’abord paru sous la forme d’une section de l’édition posthume des Œuvres complètes de 1629, le Tombeau fait l’objet l’année suivante d’un recueil à part entière. Il se compose de 144 pièces composées par 83 collaborateurs. Jean Brunel y a consacré le 8e volume de son édition scientifique des œuvres complètes de Sainte-Marthe, volume publié très récemment, en septembre dernier.

Les cercles ont évolué avec le temps, avec la disparition des amis les plus anciens, avec les témoignages de nouveaux admirateurs.

  • La famille perd un être cher : s’exprime dans ce Tombeau, en particulier, Pierre de Sainte-Marthe, sieur de la Jalletière.   
  • Les poètes pleurent l’un des leurs : Tristan L’Hermite, qui passa quelques mois chez les Sainte-Marthe, au service de Scévole en 1617-1618.
  • Ses amis de longue date, comme Nicolas Richelet, sont inconsolables.
  • Loudun déplore la perte de son plus éminent protecteur : Urbain Grandier, le curé de l’église Saint-Pierre, qui sera plongé deux ans plus tard, au cœur de l’affaire des sœurs Ursulines ; Théophraste Renaudot, un autre habitué du cénacle littéraire de Sainte-Marthe à Loudun ; les deux frères Rogier, Charles et Daniel [Daniel médecin ayant examiné les Ursulines et ayant conclu qu’il n’y avait ni magie ni sortilège dans leur état].
  • Le monde de l’humanisme érudit se désole : Daniel Heinsius, Hugo Grotius.

Jean-Pierre Chauveau avait bien noté que :

(…) se mêlent parmi les auteurs du tombeau, à côté des plus ou moins grandes célébrités locales – Scévole avait passé l’essentiel de sa vie à Loudun -, des poètes, qui, en pleine ère malherbienne, se cramponnent encore, comme Claude Garnier, à l’esthétique de la Pléiade, ou s’efforcent à tout le moins, comme Guillaume Colletet, d’en préserver l’esprit, et des érudits, héritiers plus ou moins éminents (on rencontre là, tout de même, des noms importants : Richelet, Heinsius et Grotius par exemple) de la grande tradition humaniste de la Renaissance.

Jean-Pierre Chauveau, Poètes et poésie au XVIIe siècle, « Tombeaux poétiques au XVIIe siècle », Paris, Classiques Garnier, 2012, p.184.

 

Les poèmes d’éloge contenus dans le recueil du Tombeau n’ont pas exactement le même statut que les pièces liminaires ou post-liminaires d’un recueil publié du vivant de l’auteur. On ne peut parler, en effet, ici, de « péritexte », puisque l’éloge amical est précisément au centre de l’œuvre et non à sa périphérie. Toutefois, il s’agit d’un même mouvement de sociabilité littéraire, l’idée d’une communauté unie autour d’une personnalité et qui exprime à la fois son affection envers elle et son amour de la littérature ou de la poésie.

Le Tombeau de Scévole est une forme d’hommage littéraire national (et international) : c’est toute la République des lettres qui pleure l’un de ses plus éminents représentants. Il en ira tout autrement quelques années plus tard, lors de la mort d’un écrivain que l’histoire littéraire a pourtant prisé bien davantage. Il a été évoqué dans les propos de Jean-Pierre Chauveau dans la citation que je viens de citer : je veux parler de François de Malherbe.

La différence de traitement est frappante : à sa mort, Scévole était auréolé de gloire, celle du savant, du poète, du diplomate qui joua un rôle de médiateur pendant les guerres de religion. Celle d’un grand serviteur du royaume. Lorsque Malherbe meurt, ses thèses sont l’objet de disputes et de polémiques, à en croire son disciple Antoine Godeau qui fait son apologie :

Quelqu’un doit-il trouver étrange aujourd’hui d’avoir des envieux puisque cet homme admirable a des persécuteurs ? Toutes les oreilles qui ne sont point barbares, sont charmées par la douceur de ses vers. Ce je ne sais quoi qui se trouve sur le visage des belles femmes, que l’on voit et que l’on peut exprimer, se rencontre dans toutes ses périodes que les Muses ont semble-t-il elles-mêmes mesurées. Néanmoins devant combien de juges n’est-il point condamné ?

A la différence de Scévole, le génie de Malherbe n’était alors pas consensuel et sa mort ne fut suivie d’aucun hommage poétique collectif. Le contraste a de quoi nous surprendre et montre combien la phrase célèbre de Boileau « Enfin Malherbe vint ! » dans ses Satires représente une forme de réhabilitation posthume.

Les œuvres publiées par Scévole de Sainte-Marthe révèlent une partie de son réseau social, la rendent visible au public lettré, à ses contemporains. Si les poèmes d’éloge liminaires ne servaient qu’à capter la bienveillance des lecteurs par une recommandation illustre, les poèmes de Pasquier, de Baïf et de Belleau y pourvoiraient amplement. Le lecteur serait favorablement disposé à découvrir les œuvres de Sainte-Marthe, guidé par de si prestigieux prescripteurs. Or, Scévole fait aussi appel à des amis sans véritable notoriété, à sa famille même, à des personnalités comme des médecins ou des avocats dont on peut légitimement s’interroger sur la légitimité ou leur aptitude à juger des qualités de l’œuvre de Sainte-Marthe, soit que leur lien de parenté disqualifie toute prétention à l’objectivité (René Bouchet d’Ambillou par exemple), soit que leur activité soit, à première vue, éloignée de l’écriture littéraire (comme le médecin Pierre Joyeux ou Louis Trincant procureur du roi à Loudun). Nous reviendrons sur cette question et sur les présupposés (en partie anachroniques) qu’elle véhicule. Attardons-nous d’abord à une autre question : ces laudateurs, dans leur diversité apparente, s’expriment-ils de la même manière ? Pour le dire autrement, est-ce que le cousin de Scévole, son médecin, ses confrères magistrats, ses amis d’enfance, ses connaissances académiques, ayant des degrés d’affection ou d’intimité différents avec le poète, adoptent-ils le même style, la même écriture poétique, pour dresser son éloge ? Je tâcherai de répondre à cette question en prenant quelques exemples.

La rhétorique de l’éloge du poète à travers quelques exemples

L’une des manières fréquentes de faire l’éloge d’une personnalité, littéraire ou nom, à cette époque, était de se livrer à des jeux encomiastiques, des variations sur le nom. Par exemple, l’anagramme. Le jeu consiste à trouver, dans les lettres qui composent le ou les noms de la personne qu’on souhaite louer, une expression valorisante. C’est ainsi que Louis Trincant trouve l’anagramme « la sainte muse te décore « dans le nom « Scévole de Sainte-Marthe », au prix de deux légères modifications : la disparition de la lettre H et le changement de la lettre V en U (écart toléré par le fait qu’il s’agisse de la même lettre en latin). Cette anagramme est enchâssée dans un quatrain :

SCEVOLE DE SAINTE MARTE
LA SAINTE MUSE TE DÉCORE

Ton beau nom vole parmi nous
Entre ceux que la France honore,
D’autant qu’on voit que par sus tout
LA SAINTE MUSE TE DÉCORE

Les Œuvres de Scécole de Sainte-Marthe, Dernière édition, Poitiers, J. Blanchet, 1600

Par ailleurs, le prénom de Scévole invite à la comparaison avec l’illustre romain Caius Mucius Scævola, qui selon la légende, se fit brûler la main pour montrer au chef étrusque Porsenna qu’il avait tenté d’assassiner, qu’il ne craignait ni la souffrance ni la mort. Jacques Moysson se sert de cette anecdote pour dresser l’éloge de Sainte-Marthe.

D’un magnanime courage
D’un courage trop hautain
Jadis Scevole Romain
A ses doigts fit trop d’outrage :

Quand sentant du feu la rage,
Et le brasier inhumain,
Au prix de sa propre main
Il eut du loz d’avantage.

Mais de Scevole françois
Plus chrétien et plus courtois
Sa main sans plus sacrifie

Aux castalides liqueurs,
A Phébus, aux neuf sœurs,
Et sa main Vulcain défie.

Le thème de la main brûlée, nous le retrouvons dans un poème que Scévole composa lui-même en l’honneur de son ami Etienne Pasquier et de ses jeux poétiques sur le thème de la Main, composés à l’occasion des Grands Jours de Troyes en 1583. Pasquier aurait demandé à un peintre flamand de faire son portrait, ce qu’il aurait fait en oubliant de peindre les mains. Cette anecdote fut à l’origine de nombreuses « gaietés », poèmes en français, en latin, ou en grec, de ton enjoué ou badin, composés par Amadis Jamin, Nicolas Rapin, Nicolas Audebert, Gilles Durant et tant d’autres. 

Voici le sonnet que Scévole écrivit à cette occasion :

Bien que le sort ingrat, quand le ciel me fit naître,
D’un malheureux présage ait voulu attacher
A ma vie ce nom ennuyeux de Gaucher,
Comme si mes desseins tiraient tous à senestre,

Si veux-je de ma gauche honorer ta main dextre,
Je veux tirer à droit et diligent archer
Sans gauchir à côté mes flèches décocher,
Vers ta main qui se montre à tous sujets adextre.

Pasquier si ton portrait est maintenant auteur
De faire devenir Poète l’Orateur, [avocat]
Les unissant tous deux d’une concorde étroite,

Quoi qu’entre tant de mains, ma main soit un rebut,
Je ne craindrais Gaucher de le prendre pour but,
Car il transformera ma main gauche en main droite.

Gaucher de Saintemarthe, autrement dit Scévole, trésorier général de France

Prendre pour cible => prendre pour modèle

La réponse, elle aussi poétique, d’Etienne Pasquier, fut la suivante :

Soit que d’un vers Latin sur ta Lyre tu joues
L’Epigramme gaillard, ou d’un plus haut discours
Tu veuilles déguiser de ses tours et retours
L’Ode, dont les grands Rois et Monarques tu loues

Soit qu’à d’autres desseins tes pensements tu voues
Ou veuilles au Sonnet mignard donner son cours
Tu passes d’un long trait nos entendemens lourds,
Et toutefois mutin le ciel tu désavoues.

Tu t’abuses Gaucher, ainçois le ciel hautain,
(Pour se moquer de nous) par un discours certain
Se ligua avec toi d’une amour très étroite

Car si avec ta Gauche entre tous les humains,
Mon Gaucher, tu fais honte à toutes autres mains,
Quoi donc ? que feras tu besognant de la droite ?

Etienne Pasquier

Cet échange de sonnets illustre parfaitement les procédés rhétoriques et le style encomiastique à l’œuvre dans la communauté lettrée de la Renaissance et de l’âge pré-classique. Ces poèmes sont construits comme des raisonnements – souvent sans vraisemblance et de pur artifice, comme des syllogismes menant à la pointe finale, la chute brillante du poème.

Le raisonnement du sonnet de Scévole pourrait se résumer ainsi : 

  • le sort m’a défavorisé et m’éloigne de l’excellence
  • pourtant je vise l’excellence d’Etienne Pasquier
  • celle-ci me rendra meilleur

Celui de Pasquier

  • Ton inspiration, dans sa diversité, surpasse celle de nous autres poètes
  • Pourtant tu accuses le ciel de t’avoir défavorisé
  • Qu’en serait-il, s’il t’avait favorisé ?

La main intervient comme prétexte à des jeux de mots, à des variations sur les sens prosaïque (la main sur un portrait peint) et métonymique (la main qui tient la plume, c’est-à-dire le talent poétique).

Dans un geste de camaraderie, Pasquier emprunte certains des termes utilisés par Scévole (les « desseins », « la concorde étroite « qui devient « l’amour très étroite ») mais aussi la rime étroite/droite que nous retrouvons dans les deux tercets conclusifs. La pointe sur laquelle s’achève le sonnet de Pasquier fait référence et révérence à la pointe du sonnet de Scévole, aussi bien sur le plan sémantique que sur le plan sonore.

Car il transformera ma main gauche en main droite.

Quoi donc ? que feras tu besognant de la droite ?

La transformation de la main gauche en main droite est l’idée commune aux deux sonnets. Pour Scévole, elle est due à l’influence bénéfique de Pasquier qui agit comme un modèle, un exemplum ; pour Pasquier, elle serait inutile car Scévole est déjà le plus habile des hommes.

L’éloge se veut ici entrecroisé et réciproque. Le lecteur assiste à une joute amicale et plaisante où les poètes rivalisent d’adresse oratoire pour surprendre et susciter l’admiration.
Les jeux sur le nom de l’auteur sont l’une des stratégies employées dans la louange poétique, mais pas la seule. Il existait alors un ensemble de lieux communs, de topoï, dans lequel les laudateurs puisaient à leur gré. Pour caractériser un poète comme Scévole de Sainte-Marthe, admirateur et imitateur des auteurs antiques, la métaphore de l’abeille et du miel se glisse naturellement sous la plume de son ami Mareschal :

Ici tu as bien su, comme la sage abeille
Fait son profit des fleurs, des savants recueillir
Tout ce que peut l’esprit, l’œil, la bouche et l’oreille,
Imaginer, et voir, réciter et ouïr,

De grand, de beau, d’honnête et de douce merveille,
Pour tirer, émouvoir, contenter, réjouir,
Le plus lourd, froid, fâcheux et celui qui ne veille
Qu’à son rude chagrin, ennemi du plaisir.

Si le contentement se trouve et se présente
Où l’esprit, l’œil, la bouche et l’oreille est contente
Ici donc je prendrai tout mon contentement.

Et bien qu’eusse encouru le malheur d’un naufrage
Si pour la dernière aix me restait ton ouvrage,
Encor pourrais-je à bord me sauver aisément.

La métaphore du miel poétique était courante à la Renaissance, pour évoquer le travail d’imitation des modèles antiques : Homère, Virgile, Ovide. Il s’agit de butiner, de recueillir le butin des vers laissés par les prestigieux devanciers, et de les restituer d’une manière autre, selon une gradation de procédés allant de la traduction, plus ou moins littérale, à l’innutrition, processus plus inconscient et plus profond d’appropriation. Le poète latin Horace est peut-être à l’origine de ce topos, lorsqu’il se présente comme imitateur des Grecs :

Moi, à la manière de l’abeille du Matinus [mont Matinus en Apulie], qui butine l’agréable thym en un effort soutenu, je façonne humblement, dans les bois et sur les rives de l’humide Tibur, des vers issus de mon labeur.

https://journals.openedition.org/dictynna/813

 

L’image du naufrage dans le dernier tercet est, quant à elle, plutôt inattendue, car rien ne semble l’annoncer dans les vers précédents. Elle n’est pas sans rappeler un sonnet d’Abraham de Vermeil qui se concluait par « Bref mon amour n’est rien qu’un horrible naufrage », à la différence qu’Abraham de Vermeil filait la métaphore de la navigation amoureuse d’un bout à l’autre de son poème « Je m’embarque joyeux et ma voile pompeuse… ». Claude Le Mareschal compare l’œuvre de Scévole à une planche de salut, degré supérieur dans l’éloge à la simple source de contentement. Au sens figuré, cela signifie que la lecture de l’ouvrage est non seulement agréable, mais qui plus est, salvatrice pour l’esprit.

La métaphore du miel est présente sous la plume de Scévole lui-même, dans un sens différent puisqu’attaché au sémantisme de la douceur, lorsqu’il donne un poème liminaire au recueil Les Amours ou nouveaux échanges Pierres précieuses (1576) de son ami Rémi Belleau, membre renommé de la Pléiade.

Sonnet de Scévole à Remy Belleau

Au peuple de France

Cessez de reprocher aux vierges Pierides [=les Muses]
La pauvreté qui suit leurs doctes nourriçons,
Et qu’en vous repaissant du vent de nos chansons,
Le seul vent à bon droit repaît nos bouches vides.

Voyez BELLEAU, l’honneur des bandes Aonides [=les Muses],
Qui ses trésors déploie en cent mille façons,
Vous bienheurant ici de tous les riches dons
Que l’Orient découvre à ses rives humides.

Si celle on prise tant, dont la prodigue main  [celle= Cléopâtre]
D’un joyau distillé festoya son Romain : [Romain= Antoine]
Que mérite celui qui fait largesse telle


Non d’une Perle seule, ains de joyaux divers,
Qu’il ne consomme pas en vinaigre, comme elle,
Mais au miel savoureux qui coule de ses mains ?

Cette composition concentre à elle-seule une grande partie des procédés poétiques et rhétoriques en œuvre dans les louanges amicales et poétiques. Tout d’abord, la valorisation du sujet de l’œuvre : Scévole construit son sonnet autour du motif de la perle, considérée à cette époque comme une pierre précieuse. Il établit donc un lien thématique direct entre son éloge et le recueil de Belleau. Nous trouvons également des références mythologiques, à valeur ornementale : les périphrases désignant les Muses (« vierges Pierides », « bandes Aonides »), les Muses elles-mêmes étant une image de l’inspiration poétique. L’évocation mythologique se double ici d’une allusion à une anecdote historique – du moins considérée comme telle, rapportée par Pline : « Cléopâtre voulant prouver à Antoine qu’elle pouvait dépenser plus que lui pour un repas, fit dissoudre dans du vinaigre une de ses plus belles perles et but la mixture devant lui. » (J. Brunel, OC, tome III, p. 272.)

Nous remarquons que le sonnet est encadré par deux lieux communs (topoï) : à l’ouverture, celui de la prétendue pauvreté matérielle des poètes (1er strophe), hérité de la septième des Satires de Juvénal ; à la fin du sonnet, la douceur du style du poète, thème horatien. Entre les deux, tout un système de similitudes et d’opposition se déploie. La pauvreté matérielle du poète (en général) s’oppose à la richesse thématique de l’œuvre de Rémi Belleau, les pierres précieuses. Le sujet des pierres précieuses permet à Scévole d’introduire le motif de la perle, qui est associé matériellement au vinaigre dans l’anecdote de Cléopâtre. Le vinaigre s’oppose au miel, qui est traditionnellement employé pour évoquer la douceur. Ce qui permet à Scévole de clore son poème en célébrant la douceur des vers de Belleau. Notons aussi l’opposition entre l’unité de la perle et la pluralité des pierres précieuses, une opposition utilisée à des fins d’amplification (« Non d’une Perle seule, ains de joyaux divers »).

 

Ce sonnet est parfaitement illustratif d’une manière de composer les poèmes, en particulier les poèmes d’éloge, en procédant par similitudes et par antagonismes, et en passant sans crier gare, du plan prosaïque au plan métaphorique, et inversement. Ce jeu intellectuel qui confère de la densité au poème se double d’une expression hyberbolique qui concourt à l’effet de saturation discursif. C’est toute une cohorte de superlatifs qui défile sous nos yeux : adverbe d’intensité (« on prise tant »), épithètes de l’excellence (« doctes, riches, prodigue, savoureux »), substantifs de la préciosité et de l’abondance (« trésors, joyau, largesse »).

 Il est un procédé, dont j’ai parlé plus tôt, qui est absent de ce sonnet, c’est le jeu sur le nom du poète. Il faudra attendre près de trois siècles, pour que le motif de la perle fasse l’objet d’un jeu de mots sur le nom de Belleau, en l’occurrence sous la plume de Baudelaire, dans les Fleurs du mal (1857) :

Perles de la plus belle eau,
Sonnets de maître Belleau
Par tes amants mis aux fers
Sans cesse offerts.

Le sonnet de Scévole à son ami Rémi Belleau concentre de nombreux procédés stylistiques en usage à la Renaissance, usage qui devient exacerbé à l’âge baroque. Les poèmes de louange relèvent d’une rhétorique de l’excès, ou dire trop n’est jamais dire assez. Le mieux n’est jamais l’ennemi du bien. Il n’y a pas de limite ni de mesure à l’éloge, par convention, puisque les poètes de ce temps, qu’ils soient des professionnels de l’écriture ou des auteurs occasionnels, respectent avec beaucoup de scrupule deux préceptes associés à la rhétorique encomiastique depuis Quintilien : ornare et amplificare. L’écriture de l’éloge requiert l’abondance, la copia, le style asianiste plutôt que le style atticiste (du moins le croit-on à la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle), c’est-à-dire un style riche en métaphores et en ornements plutôt qu’un style sobre et dépouillé.

Un autre exemple de cette écriture hyperbolique nous est donné par une épigramme, c’est-à-dire un poème court (huitain, sizain, quatrain), composé par Scévole pour Jacques de la Fons, en liminaire à son Amour vaincu Tragecomedie, représentée devant très-illustre Prince Henri de Bourbon duc de Montpensier et très-excellente Princesse Catherine de Joyeuse, le 10 septembre 1599 en leur château de Mirebeau et dédiée à leurs Grandeurs par Jacques de La Fons natif dudit Mirebeau avocat en Parlement publié à Poitiers en 1599.

Ce n’est à toi, La Fons, que la gloire appartient
De tant de riches vers que ton livre contient.
Ce Prince généreux, cette noble Princesse,
En honneur, en vertu, en beauté nonpareils
Reluisant dessus toi comme deux clairs Soleils
Ont produit ces beaux fruits en ta docte jeunesse.

OC J. Brunel tome 5 [p. 363]

Le premier vers produit, sur le lecteur, un effet de surprise : « Ce n’est à toi, La Fons, que la gloire appartient ». Pourquoi donc, dans un poème d’éloge liminaire, l’auteur loué serait-il privé de gloire ? La réponse est donnée au troisième vers : la gloire reviendrait aux dédicataires de l’œuvre, c’est-à-dire le prince Henri 1er de Bourbon-Montpensier et la princesse Henriette-Catherine de Joyeuse. Ce sizain repose sur un double éloge, celui de l’auteur et celui des dédicataires, à travers une métaphore horticole : de même que le jardinier ou le paysan n’est pas le seul acteur de la pousse des fleurs et des fruits, car le soleil y prend part en irradiant, de même les dédicataires ont part à la réussite littéraire de Jacques de la Fons, qui sont pour lui comme deux astres brillants. « Soleil, tes jours sont nuits, comparés à ma dame » disait Abraham de Vermeil. Plus tard, Louis XIV accaparera pour lui-même le symbolisme solaire.

Nous retrouvons dans ce poème, malgré sa brièveté, un grand nombre de qualificatifs valorisants « riches », « généreux », « nobles », « clairs », « beaux », « doctes ». C’est beaucoup en peu de vers et la concentration de ce lexique mélioratif procure un effet de saturation, que la métaphore solaire renforce encore pour notre éblouissement : ce n’est pas un seul soleil qui trône dans le ciel, mais deux !

L’exemple d’un double éloge en vers n’est pas unique, sous la plume de Scévole, au seuil d’une œuvre littéraire. Je pense au sonnet que Sainte-Marthe dédia à Jean Alphonse, à titre posthume et à son éditeur Mellin de Saint-Gelais, qui possédait le manuscrit des Voyages avantureux et décida de le publier, à Poitiers, chez Jean de Marnef. Nous sommes en 1559, quarante ans avant le sizain pour Jacques de La Fons, et Scévole est alors âgé de 23 ans. Jean Fontenau, dit Jean Alphonse, était un marin et cosmographe, « capitaine pilote du roi François 1er », qui navigua jusqu’aux Amériques et au Japon, avant de mourir au combat en 1544 devant la Rochelle. Quant à Mellin de Saint-Gelais, c’était un poète néo-latin extrêmement apprécié au XVIe siècle, également musicien et que Ronsard a pu considérer un temps comme son rival. Il décéda en 1558 et le sonnet que Scévole composa était donc doublement posthume.

A l’ombre de Saint-Gelais

Belle âme, qui maugré le corps qui te cachoit,
Jadis te fis si bien en la France paroistre,
Qu’ores étant reçue en ton immortel estre, [ores = aujourd’hui]
Des mortels la mémoire encor’ tousjours te voit :

Entre les grans honneurs qu’en bon nombre on te doit
Celuy n’est des derniers, que ta divine dextre
A desenseveli et derechef fait naistre
Alphonse, que l’oubli par deux fois enserroit.

Te rende grand merci le Pilote qui ores
Ayant par toy, Alphonce, a dequoy mieux encores
Sçavoir donter les flots ; & à fin desormais

Qu’il ne soit veu ingrat, en ta faveur souhette,
Que Saingelais aussi rencontre un Saingelais, 
Qui montre un jour les vers d’un si divin Poete.

SC. de S. M.

Ce poème a de grandes qualités littéraires, ce qui invite, selon moi, à réévaluer à la fois le jugement que l’on peut porter sur les pièces encomiastiques liminaires, en tant que sous-genre de l’éloge lyrique, et le jugement souvent sévère à l’égard de la production poétique de Scévole de Sainte-Marthe. Par sa syntaxe parfois alambiquée, ce sonnet peut être difficile à lire pour un lecteur d’aujourd’hui. Mais la pointe est admirable « Que Saingelais aussi rencontre un Saingelais » et donne à elle seule tout son prix à ce sonnet. En termes prosaïques, ce vers exprime le souhait de Scévole que l’œuvre de Saint-Gelais soit éditée de la même manière que Saint-Gelais a édité l’œuvre de Jean Alphonse. Saint-Gelais mérite le même bénéfice dont il a gratifié la mémoire du capitaine Alphonse. La fonction d’éditeur n’est d’ailleurs pas étrangère à Scévole, à ce moment-là, puisqu’il avait fait ses premières armes littéraires, en publiant la tragédie Médée de Jean de La Péruse, quelques années plus tôt, à l’âge de dix-sept ans, et qu’il s’était acquis une certaine renommée, à cette occasion.

Ces quelques exemples nous aident à comprendre le rôle joué par les poèmes d’éloge amicaux dans la révélation au public d’une partie du réseau social poétique de Scévole de Sainte-Marthe. La question que nous pouvons nous poser à présent est de savoir si cette pratique de la louange littéraire s’est transmise à ses enfants et ses petits-enfants, je veux parler de ceux qui ont également publié des recueils.

Les pièces de louange amicale chez les fils et petits-fils de Scévole

A la suite de Scévole, la famille Sainte-Marthe continua de s’illustrer dans les lettres et dans l’érudition, d’une manière toutefois moins abondante et moins diversifiée. Abel 1er reprit l’héritage dans le genre de la poésie néo-latine, avec son recueil de Poemata publié à Paris chez Mamert Patisson en 1597. Nous pouvons lire au seuil de ce livre 

  • un vœu composé par Scévole à son fils (4 distiques), et la réponse de celui-ci (3 distiques).
  • un poème de Pierre Joyeux (6 distiques)
  • une anagramme suivie de 4 distiques par Paul Thomas ABELIUS SAMMARTANUS / MIRA LAUS MUSAS BEAT [conseiller du roi à Angoulême, mort en 1663]
  • trois distiques offerts par son frère Scévole II
  • deux distiques de son autre frère Louis

D’autres éloges en vers sont placés à la fin du recueil :

  • 6 distiques de Pierre Joyeux
  • 8 distiques de Gilbert Blanchereau
  • 7 distiques de Nicolas Rigaud 
  • 3 distiques de Charles Roger

Toutes ces pièces liminaires sont composées en vers latin, par mimétisme avec le genre du recueil. Nous remarquons que l’entourage immédiat, formé par la famille et les amis proches, a la part belle dans la célébration du recueil d’Abel, qui publie ce recueil à 31 ans et marche dans les pas de son père. Il composa également Deux panégyrics au roi en 1624 qui contiennent un quatrain de Nicolas Richelet au traducteur nommé « Du Jour », et en latin une Expeditio valtelinaea en 1626 et une Expeditio rupellana ou Histoire de la rébellion des Rochelois, en 1629 qui ne comportent pas de pièces d’éloges amicales.

Parmi les autres fils de Scévole, les jumeaux Louis et Scévole II acquièrent une renommée en tant qu’historiens. Ils firent paraître en 1619 la première édition de leur Histoire généalogique de la maison de France, qui leur valut dès l’année suivante le titre d’historiographes du roi. Mais leur plus grande réalisation fut assurément la Gallia christiana, compilation monumentale des données connues alors sur l’histoire des archevêchés, des évêchés, des prieurés et des abbayes de France, réalisée sous le patronage et avec l’assistance de l’Assemblée du clergé de France. Sur les circonstances et les enjeux de la réalisation de cette œuvre, je me permets de vous renvoyer à l’article passionnant d’Olivier Poncet intitulé La Gallia Christiana (1656) des frères de Sainte-Marthe : une entreprise gallicane ?, dans la « Revue de l’histoire des religions », 3e numéro de l’année 2009. Scévole II mourut en 1650 et ne vit donc pas la parution de la Gallia Christiana. Pour achever ce long travail, Louis trouva assistance auprès de ses neveux Pierre-Scévole, Abel-Louis et Nicolas-Charles : la Gallia Christiana fut donc une entreprise familiale. Louis mourut à son tour en 1656 et ne vit pas la totalité de la parution de son œuvre, dont l’accueil fut à la très positif pour les positions gallicanes qu’il contribuait à soutenir (sans radicalité), pour la méthodologie rigoureuse et par certains égards, novatrice, qui avait présidé à sa réalisation. Appréciation élogieuse, à deux réserves près : l’éloge trop appuyé de l’abbé de Saint-Cyran, figure de proue du jansénisme, et l’éloge trop peu appuyé de Richelieu (qui n’avait certes pas été tendre avec l’un des grands amis des Sainte-Marthe, le prêtre Urbain Grandier).

A la génération suivante, celle des petits-enfants de Scévole, nous trouvons Abel (1636-1707), chevalier, Seigneur de Corbeville, Conseiller du Roi en ses Conseils, Doyen de la Cour des Aides, et Garde de la Bibliothèque de sa Majesté de Fontainebleau. Il traduisit en 1698, sous le titre L’art de nourrir les enfants à la mamelle, le poème de la Paedotrophia que son grand-père avait composé dans les années 1580, en écho au désir de paternité du roi Henri III.

L’héritage de Scévole ne fut pas seulement porté par sa famille, mais aussi par un auteur, Guillaume Colletet, qui fut lui-même au centre de plusieurs cercles de sociabilité littéraire, en particulier les Illustres Bergers. Colletet traduisit les Eulogia de Scévole en 1644 sous le titre Eloges des hommes illustres, qui depuis un siècle ont fleury en France dans la profession des lettres. Composez en latin, par Scevole de Sainte-Marthe. Et mis en françois, par G. Colletet.

Dans son avis au lecteur, Colletet écrit :

Et quoi que parmi ces Hommes Illustres que je te présente, tu rencontres quelquesfois des Princes, et des Princesses, des Cardinaux, et des Chanceliers, des Generaux d’armée et des maréchaux de France, et plusieurs autres personnes d’Eminente condition ; si est-ce qu’il n’est parlé d’eux en ce lieu qu’autant qu’ils ont eu du commerce avec les livres et qu’ils ont caressé les Muses. Quant aux autres que tu verras esclater, sçache que l’intention de mon Autheur a esté de faire voir, que ce ne sont pas seulement les grandes naissances, ni les grands biens, les grands titres ni les grandes charges qui rendent les personnes illustres, mais la Science particuliere ou publique et la Vertu manifeste ou cachée.

De fait, parmi les Hommes illustres dont Scévole fit l’éloge, figurent des personnages que nous avons rencontrés comme auteurs de poèmes liminaires : Pierre Joyeux, Charles de Chantecler, Germain Audebert… 

Pour conclure, nous pouvons affirmer que la pratique de l’éloge liminaire amical était très développée dans l’entourage de la famille Sainte-Marthe, depuis les années 1550. Elle est indissociable d’une conception collective de la création littéraire, le poète n’étant pas un individu solitaire (ce que pourrait induire la théorie de l’inspiration divine, du furor divinus, Solitaire premier, ou Dialogue de la fureur poétique de Pontus de Tyard), mais au contraire membre d’une communauté de lettrés avec laquelle il entretient des liens étroits. La publication d’un recueil littéraire est prétexte à susciter, auprès de ses amis, quelques vers de louange, qui contribuent à donner une image valorisante de l’auteur, même si l’expression de ces éloges est parfaitement codifiée et stéréotypée dans son expression. La publication d’une œuvre littéraire était un événement heureux, comme un mariage ou la naissance d’un enfant, et se devait, entre 1550 et 1650, d’être célébrée pour telle. Les nombreux éloges dont Scévole fut destinataire, mais aussi créateur lui-même pour ses amis, sont révélateurs d’un réseau social particulièrement dense, où les personnalités célèbres et prestigieuses côtoient les amis d’enfance et les rencontres effectuées tout au long d’une vie riche et longue. La littérature possède une valeur sociale puissante, et cette valeur est exposée au sein même des recueils : les échanges épistolaires demeurent prépondérants pour organiser la circulation des idées dans la République des Lettres, mais le livre imprimé a ce pouvoir d’ouvrir les cercles savants à une communauté plus large, l’ensemble anonyme des lecteurs contemporains de ces auteurs mais aussi des lecteurs que la postérité voudra bien leur donner (et dont nous sommes). Nous sommes nous aussi invités à prendre part au plaisir des jeux et des échanges que suscite l’amitié littéraire.

Je vous remercie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Frédéric Martin (27 novembre 2023). Texte de la conférence : Les réseaux sociaux littéraires à travers les éloges liminaires : l’exemple poitevin des Sainte-Marthe (fin XVIe-début XVIIe siècles), Poitiers, 1er juin 2023. Les politesses du seuil. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sywn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.