Discours de soutenance de thèse – Les Politesses du seuil – Frédéric Martin – 27 avril 2021

Monsieur le Président, Madame et Messieurs les membres du jury, chers collègues, chers amis, Mesdames, Messieurs,

J’ai l’honneur et le plaisir de présenter devant vous une thèse de littérature française intitulée Les Politesses du seuil : étude littéraire et répertoire bibliographique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France (1598-1630) ; graphe social des amitiés poétiques. Je tiens avant tout à remercier Patrick Dandrey d’avoir accepté de diriger ce travail, de m’avoir encouragé sur la voie que je m’étais donnée, en me prodiguant ses conseils, en trouvant les mots justes pour me donner la force de poursuivre et d’achever, de surmonter les moments de doute. Je remercie les membres du jury d’avoir consacré leur temps à la lecture de cette étude et d’être présents aujourd’hui. Je voudrais adresser aussi mes remerciements aux responsables administratifs de Sorbonne Université et de l’école doctorale 3, en particulier Mmes Younsi, Hachem, Sabri et M. Schick.

Je me souviens du jour, où en consultant quelques recueils poétiques du XVIIe siècle numérisés par la BnF et accessibles sur Gallica, j’ai posé un regard neuf sur les pièces liminaires qu’ils comportaient. J’ai porté mon attention sur les poèmes d’éloge amicaux, dont je connaissais l’existence, mais sur lesquels je ne m’étais jamais vraiment attardé. En parcourant plusieurs éditions, en remarquant qu’ils apparaissent de manière fréquente, je me suis pris d’un intérêt particulier pour ce sujet. J’étais désireux d’en savoir plus, et me posai des questions simples : quoi, comment, qui, pourquoi ?, En dressant une revue de la littérature, j’ai découvert que plusieurs articles y faisaient référence, souvent de grande qualité, mais qu’il n’existait pas d’étude plus large, à la différence des épîtres dédicatoires étudiées dans les années 1960 par Wolfgang Leiner. L’étude que je souhaitais lire, pour ma simple curiosité intellectuelle, n’existait pas. C’était une lacune, selon moi, qu’il serait intéressant de combler. Assez rapidement m’est apparue l’idée que ces poèmes liminaires reflétaient le réseau social public des amitiés poétiques et qu’il était peut-être possible de représenter ce réseau sous la forme numérique d’un graphe social. Je me suis alors lancé dans l’élaboration d’un prototype, afin d’en tester l’idée. Celle-ci m’étant apparue concluante, j’ai décidé de poursuivre et d’approfondir ce volet numérique, avec l’aide d’un ami informaticien, Jean-Sébastien Coudray. Puis, m’est venue l’idée d’inscrire ce projet de recherche personnel dans un cadre académique, afin de le faire partager et de le soumettre à l’examen critique de la communauté scientifique. J’ai contacté Patrick Dandrey, qui avait dirigé mon mémoire de DEA, ainsi qu’un projet de thèse abandonné lors de mon arrivée à la BnF, il y a de cela plus de quinze ans. Je lui ai présenté mon nouveau projet et lui ai demandé s’il accepterait de diriger mes recherches. Ce qu’il a fait avec enthousiasme, et je lui en suis extrêmement reconnaissant.

Ce projet de recherche, né d’une interrogation toute personnelle, s’inscrit donc dans un parcours universitaire au sein de Sorbonne Université, dans le prolongement de mon mémoire de maîtrise sur la Rhétorique et la poétique d’Abraham de Vermeil, sous la direction d’Alain Génetiot, avec qui j’ai découvert la poésie du premier XVIIe siècle, et que je remercie de sa présence parmi les membres du jury. Ce travail fait également suite à mon mémoire de DEA, sur les Fureurs poétiques, dirigé par Patrick Dandrey. Mais il se nourrit également de mon expérience professionnelle en tant que conservateur des bibliothèques, de mon intérêt pour le signalement bibliographique, pour l’histoire du livre, et pour le numérique. C’est Emmanuelle Bermès, ici présente en tant que membre du jury, qui m’a formé, à la BnF, aux enjeux et à la pratique des techniques documentaires numériques. Et je lui en suis également reconnaissant. La manière dont j’aborde la question des pièces liminaires dédiées à l’auteur s’explique par la diversité de ce parcours personnel. D’emblée, il m’est apparu qu’une étude conjuguant la description bibliographique, l’histoire du livre, l’analyse littéraire, la sociologie historique et les humanités numériques pouvait saisir la “signification globale” de ces pièces liminaires, selon l’expression d’Henri Lafay. Le pari de l’interdisciplinarité n’est pas sans risque et comporte ses limites. Il produit des frustrations, il engendre peut-être des déceptions. Mais il est fécond et apporte des résultats.

J’ai eu la chance de pouvoir présenter ce projet à différentes étapes de sa réalisation : d’abord, dans un article publié dans la Revue d’histoire littéraire de la France, en 2015 ; puis, à l’université de Genève, en janvier 2016, dans le cadre d’une session d’échanges entre le Bodmer Lab et le projet Fabula numerica ; enfin, en octobre 2017, lors de la Fête de la science, à l’invitation du collectif doctoral.

Pour en revenir à la première des interrogations « quoi ? », il m’a tout d’abord semblé indispensable de conférer une existence bibliographique à cet objet d’étude. Car les bibliographies et les catalogues existants identifient de manière très inégale ces éléments du péritexte et ne suffisent pas à mesurer l’ampleur de la pratique des éloges liminaires. Je me suis donc lancé dans une tâche au long cours, en consultant 213 éditions de recueils poétiques publiés entre 1598 et 1630, afin d’identifier, puis de répertorier, les poèmes de louange amicaux. Pour définir le corpus, je me suis appuyé sur le précieux répertoire chronologique des éditions de textes littéraires à l’âge baroque de Roméo Arbour. Nous discuterons sans doute des choix que j’ai opérés pour constituer ce corpus, en particulier la délimitation chronologique. La plus grande partie des recueils que j’ai retenus sont conservés à la BnF, en particulier à la Bibliothèque de l’Arsenal. Certains sont librement consultables sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. J’ai tâché d’être le plus complet possible et de proposer une manière de décrire ces poèmes, un modèle, sous la forme de la séquence suivante : Forme normalisée du nom du laudateur, titre. forme du poème, incipit, signature, pagination (le cas échéant). Ces poèmes ne figurent pas toujours dans les premières pages du livre, même si c’est majoritairement le cas, mais parfois à la fin, ou bien au seuil des différentes parties du recueil, lorsque celui-ci réunit plusieurs œuvres de l’auteur. Il était donc nécessaire de parcourir l’ensemble de ces ouvrages, afin d’être certain de n’en omettre aucun. La constitution du répertoire bibliographique, disponible sous forme imprimée, s’est appuyée sur la création d’une base de données comportant des informations utilisables à des fins statistiques, par exemple sur les formes poétiques employées, ou sur la langue des poèmes (français, latin, grec, occitan, italien, espagnol). Cette base de données a également servi à établir les relations entre auteurs et laudateurs, pour en donner une représentation sous la forme d’un graphe social (nous y reviendrons). Pour caractériser le poème d’éloge liminaire, il convient de le comparer aux autres composantes de l’appareil péritextuel (épître dédicatoire, préface, adresse de l’auteur à son livre, avis de l’imprimeur aux lecteurs, privilèges et approbations), afin d’en saisir toute la spécificité. Celle-ci consiste notamment en un espace de responsabilités partagées ou concurrentes entre l’auteur, l’imprimeur-libraire et le laudateur. Le poème d’éloge liminaire est un objet éditorial tout autant que littéraire, qui nécessite donc de porter son attention à la matérialité du livre, à l’horizon d’attente de l’objet-livre. Par ailleurs, il s’agit d’un discours méta-poétique sous forme poétique, donc à certains égards autoréférentiel et réflexif.

La question du « comment ? » renvoie aux procédés d’écriture de l’éloge liminaire amical. Comment dresse-t-on le portrait élogieux du poète au début du XVIIe siècle ? Peut-on déceler, dans ces témoignages d’amitié et ces marques d’estime, quelques traits personnels, quelques indications sur la personnalité de l’auteur ou celle du laudateur, sur les circonstances de leur rencontre, des moments partagés de leur vie ? La réponse à cette question est globalement négative : la nature rhétorique, conventionnelle, de ces pièces encomiastiques laisse bien peu de place à l’expression de personalia. Cette écriture est fortement codifiée et repose sur un petit nombre de stratégies démonstratives, sur un espace topique parfaitement délimité et sur un style métaphorique et hyperbolique donnant corps au précepte de Quintilien ornare et amplificare. Les règles de ce sous-genre sont posées d’emblée. Il s’agit d’une écriture à contrainte, qui n’interdit pas, mais stimule peut-être, la liberté de création : celle-ci s’exerce dans le choix de la forme poétique, dans l’art combinatoire des motifs et des images, dans le lexique employé, dans l’agencement des sonorités et dans le rythme du poème, – autant de marques distinctives faisant de chaque éloge une composition singulière. Si la matière est donnée, la manière est libre. C’est, selon moi, tout le charme de la poésie lyrique des règnes d’Henri IV et de Louis XIII. Pour bien la comprendre, il faut tâcher de reconstituer l’univers de références culturelles qui était celui des hommes de lettres de cette époque ; c’est pour cette raison que je me suis appuyé sur les traités de poétique et de rhétorique qui étaient en usage alors. Dans les louanges liminaires, le visage du poète, tel qu’il s’incarne parfois dans les portraits gravés, s’efface au profit d’une représentation idéalisée, où les qualités littéraires se confondent avec les vertus morales. Un bon poète est un poète bon.

« Qui » sont les laudateurs ? Nous aurions pu penser, avant d’engager cette étude, qu’ils étaient surtout des anonymes, je veux dire des anonymes stricts, uniquement identifiés par les initiales de leur nom, et de ce fait connus et reconnus par les seuls intimes du poète. Cela est vrai dans une certaine mesure, mais un très grand nombre d’entre eux ont préféré se faire connaître des lecteurs, en indiquant leur nom, mais aussi leur titre, leur qualité et leur gentilé. Ce ne sont donc plus des anonymes, mais des individus qui, sans acquérir de notoriété littéraire, ont laissé un nom et quelques vers, dont le destin restera attaché à l’œuvre de leur ami poète. Les auteurs possédant quelque renommée recourent volontiers à la congratulation réciproque, qui témoigne d’une communauté d’esprit, lorsqu’elle n’est pas révélatrice de liens d’affection plus personnels. Nous pensons au cercle des Illustres Bergers, en particulier à Guillaume Colletet, le poète ami des poètes par excellence, ou bien à Nicolas Frenicle. Les minores, quant à eux, font davantage appel à leur entourage familial, local, ou professionnel. Le graphe social permet d’explorer cet espace de sociabilité littéraire. Il s’agit bien d’un réseau social public, dans la mesure où les relations sont portées à la connaissance des lecteurs. Il est visualisable à l’URL http://these.acalon.fr/ On peut y naviguer librement d’un cercle à l’autre, ou bien saisir dans la barre de recherche le nom d’un auteur ou d’un laudateur, afin de découvrir le ou les réseau(x) auquel(s) il appartient. Les auteurs de recueils sont figurés en rouge, les laudateurs en bleu, et ceux qui sont à la fois auteurs et laudateurs, en jaune. Une double liaison indique la dédicace mutuelle de vers liminaires entre deux poètes (par exemple entre Guillaume Colletet et Hélie Poirier, ou entre Pierre Arquesson et André Mage de Fiefmelin, Beroalde de Verville et Guy de Tours, etc.). L’algorithme informatique opère des rapprochements qu’il serait malaisé d’établir manuellement et facilite ainsi l’exploration de cet espace social. De plus, pour connaître « qui » compose des vers de louange aux poètes, il m’a semblé intéressant de recueillir les informations contenues dans le péritexte qui sont de nature à caractériser sociologiquement les laudateurs et à connaître leur positionnement social. Les poètes et leurs amis sont le plus souvent d’un rang social équivalent, à trois exceptions près : Gaston d’Orléans, frère du roi Louis XIII, qui adresse des vers liminaires à son poète « hétéroclite » Louis de Neufgermain, Marguerite de Valois, ex-reine de France, qui dédie un dizain à Vital d’Audiguier et un sonnet à Antoine de La Pujade, et la princesse Anne de Rohan-Soubise, qui compose un sonnet pour Agrippa d’Aubigné. Quels que fussent leurs rangs et leurs dignités, les laudateurs jouèrent le rôle de médiateurs entre d’une part, les auteurs, qu’ils connaissaient personnellement, de manière plus ou moins intime, et d’autre part, la communauté anonyme des lecteurs, appelés à devenir eux-aussi les amis en pensée des poètes.

Il nous reste à répondre à la question « pourquoi ? ». Pourquoi tant d’éloges liminaires ? A quelle fonction répondaient-ils ? A quelle nécessité ? Comment expliquer leur émergence et leur progressif abandon ? La première explication réside dans leur fonction de marketing éditorial : pour un poète en quête de renom, faire figurer au seuil de son recueil un sonnet de Ronsard ou de Desportes, quelques vers élogieux de Malherbe, contribuait assurément au bon accueil réservé à son œuvre. Ces louanges de prestige confortaient le lecteur dans son acte d’acquisition du livre. Elles étaient destinées à susciter la bienveillance du lecteur, en remplissant ce que j’appelle une fonction de captatio benevolentiae déléguée à des tiers. Les poètes d’un même cercle, nous l’avons vu, s’adressaient mutuellement des pièces liminaires, en une forme de cautionnement réciproque comparable, à certains égards, aux démonstrations de fidèle estime au sein de la Pléiade ou, plus tard, à la « camaraderie littéraire » des Romantiques. Mais cette première explication, celle de la reconnaissance par les pairs, est insuffisante à rendre compte de la pratique des éloges liminaires au début du XVIIe siècle. Anne d’Urfé put s’enorgueillir des vers de louanges que Ronsard écrivit pour lui, et qui l’emportaient sur tout autre forme de recommandation. Mais alors, pourquoi choisit-il de publier également un poème amical de son secrétaire, du fils de celui-ci, et de son pharmacien ? L’amante, le cousin, le frère, sont-ils qualifiés pour attester de ces compétences littéraires ? Sont-ils neutres et objectifs ? Nous voyons bien que l’enjeu est ailleurs. C’est pour cette raison qu’il était important d’évoquer la notion d’amitié au début du XVIIe siècle, dans sa double acception : intensive, celle de l’amitié-passion, illustrée par exemple par Montaigne et La Boétie ; extensive, celle de la philia grecque qui conditionne les rapports sociaux dans la Cité et qui est gage de concorde civile. Le poète est présenté comme étant digne d’être lu, non pas seulement pour les qualités esthétiques supposées de son œuvre, mais pour sa capacité à être aimé, une valeur éthique. Selon moi, les pièces liminaires amicales sont le signe d’un désir collectif d’urbanité. Elles concourent à créer un espace de bienveillance, même si le péritexte peut être aussi un lieu de tensions et de polémiques. Après les déchirements des guerres de religion, avant les troubles politiques de la Fronde, le parnasse poétique se rêve en lieu de paix des sentiments et de la pensée, s’idéalise en société d’union et de communion culturelle. L’urbanité, c’est la politesse du langage, de l’esprit et des manières, c’est l’amabilité et la douceur qui s’opposent à la rusticité des mœurs, à leur grossièreté ou leur violence. Ce sont peut-être des leçons toujours utiles, aujourd’hui.

Je vous remercie de votre attention et me tiens à votre entière disposition, Madame et Messieurs les membres du jury, pour répondre à vos questions.

Soutenance de thèse mardi 27 avril 2021 à 13 h

J’ai le plaisir de vous informer que ma soutenance de thèse, à Sorbonne Université, aura lieu le mardi 27 avril 2021 à 13 h.

Les Politesses du seuil : étude littéraire et répertoire bibliographique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France (1598-1630) ; graphe social des amitiés poétiques

Sous la direction de M. Patrick DANDREY, professeur émérite de littérature française, Sorbonne Université

Membres du jury :

Mme Emmanuelle BERMES – Conservatrice générale des bibliothèques, Bibliothèque nationale de France
M. Alain GENETIOT– Professeur de littérature française, Université de Lorraine
M. Glenn ROE – Professeur de littérature française et d’humanités numériques, Sorbonne Université
M. Bernard TEYSSANDIER – Professeur de littérature française, Université de Reims Champagne-Ardennes

En raison de la situation sanitaire, la soutenance se déroulera en visioconférence.

Plus d’information sur le site du CELLF.

 

Fête de la science 2017 : rencontre autour du réseau social des poètes baroques

A l’occasion de la Fête de la science, et à l’initiative du Collectif doctoral Sorbonne Universités, j’organise une rencontre autour du “réseau social des poètes baroques”, ouverte à tous. Ce sera l’occasion de revenir sur la méthodologie pour la visualisation des données, de présenter quelques anecdotes historiques liées aux poèmes liminaires amicaux et surtout de répondre aux questions du public.

Cette rencontre aura lieu samedi 14 octobre 2017 à 17h30 à Paris, sur le campus de Jussieu, stand 23 “les humanités à coeur ouvert”. Vous trouverez ci-joint le programme des ateliers et des présentations de thèses. Flyer-programme-Collectif_Doctoral-2

En espérant vous y voir nombreux.

Frédéric Martin

Praises on the threshold: using the paratext to re-create the social network of French poets in the early 17th century

Praises on the threshold: using the paratext to re-create the social network of French poets in the early 17th century

circles2

From about 1550 to 1650, it was a very common practice for authors to ask their friends and peers to write poems of praise that they would place into the liminary space of their books. Their role and meaning within the literary and social frameworks at that time have not been studied yet in a global way. However, this practice was neither mundane nor anecdotal, but a distinctive feature of the Republic of Letters.

Indeed, this paratextual material appears to be of great interest and perfectly suitable for a cross-disciplinary approach.

History of the book

Liminary poems are designed to function as a captatio benevolentiae delegated to a third party. They take part to a “marketing strategy” involving both the author, the publisher and the reader. They prove the circulation of the texts in a manuscript format before their printing. Besides, the individual components of the paratextual system (dedication, preface, privilege, “the author to the reader”, “the publisher to the author”, “the publisher to the reader”, etc.) are affiliated in a complex way. This also raises the question of how the roles are divided between the author of the book, the authors of the liminary poems, and the bookseller-publisher (for instance, the choice of the poem’s titles, their precise locations in the book, their removal from an edition to one another…).

History of literature

These liminary poems belong to a literary sub-genre – the friendship poetry, that was very prolific at the end of the XVIth century and the beginning of the XVIIth century: epithalamiums, consolationes (for instance the well-known stanzas Consolation à Monsieur Du Périer by François de Malherbe), funeral orations or poems that celebrate friendship itself. We find them not only as paratextual contents but also as part of the work, in individual handbooks as well as collective anthologies. The rhetorical devices for encomiastic praise are used in association with specific topoï : the traditional qualities of the perfect poet, as defined for example in Les Marguerites françoises (1614) by Esprit Aubert. In addition, it should be noted that these poems express some kind of reflexiveness and self-referentiality. They are poetical praises of poetry.

Sociology of literature

The friendship poetry gives valuable information about the relations between poets and about their belonging to varied social circles (local notability, family, childhood friends, professors and pupils…). The concept of Republic of Letters could thus be taken in a broader view. By studying the social network of French poets in the early 17th century, we will reassess the importance that some of them really had in the literary field of that time. A few minores and less-known figures seem to have played a central role at the intersection of several circles.

Our project

Considering this, Praises on the threshold (in French: Les Politesses du seuil) is an ongoing research about liminary poems dedicated to the author in French poetical works (1598-1630). Within the framework of a thesis (PhD) in French literature at the University of Paris-Sorbonne (Paris IV), we defined three main objectives:

  • enhance the bibliographic knowledge of liminary verse by providing a comprehensive inventory, within an estimated corpus of 700 works published between 1598 and 1630,
  • analyze the topical, rhetorical and poetical dimensions of these friendly praises,
  • provide an interactive visualization of all the peer relationships
    that form the network of this literary sociability (about 4,000 individual people).

Fruchterman Reingold
1. Social graph of French poets (1598-1630), by using Gephi and the « Fruchterman Reingold » algorithm

Yifan Hu
2 .Social graph of French poets (1598-1630), by using Gephi and the « Yifan Hu » algorithm

démonstrateur
3. Beta website and proof-of-concept (only on a small amount of data) : http://these.acalon.fr/

Further information (in French) :

http://politesses.hypotheses.org

Martin Frédéric, « Musarum frater, amice : les réseaux de sociabilité poétique à travers les pièces liminaires (1598-1630) », Revue d’histoire littéraire de la France 1/2015 (Vol. 115) , p. 137-147 – URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2015-1-page-137.htm

DOI : 10.3917/rhlf.151.0137

Any support to this project would be most welcome.

Frédéric Martin

Présentation du projet dans la RHLF 2015/01

Notre projet de recherche est également présenté dans le premier volume de 2015 de la Revue d’Histoire littéraire de la France (RHLF), par le biais d’un article intitulé : « Musarum frater, amice : les réseaux de sociabilité poétique à travers les pièces liminaires (1598-1630). »

En voici les références précises :

Martin Frédéric, « Musarum frater, amice : les réseaux de sociabilité poétique à travers les pièces liminaires (1598-1630) », Revue d’histoire littéraire de la France 1/2015 (Vol. 115) , p. 137-147
URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2015-1-page-137.htm.
DOI : 10.3917/rhlf.151.0137

Les politesses du seuil

Les ouvrages publiés au XVIIe siècle contiennent pour une grande part des objets littéraires d’une nature particulière : les pièces liminaires dédiées à l’auteur. Ces textes ne retiennent généralement pas l’attention des chercheurs ou des amateurs, pour plusieurs raisons : premièrement, elles font partie du paratexte, ou plus précisément du « péritexte » (G. Genette) et non de l’œuvre elle-même. Or, le paratexte comme objet de recherche est de création relativement récente et son application actuelle porte surtout sur la période contemporaine, à deux remarquables exceptions : la thèse de Wolfgang Leiner (Université de Tübingen) dans les années 60  consacrée aux épîtres dédicatoires en France de 1580 à 1715 ; le projet en cours  « Idées du Théâtre » sous la direction de Marc Vuillermoz (Université de Savoie), portant sur les textes liminaires placés en tête des pièces de théâtre françaises, italiennes et espagnoles des XVIe et XVIIe siècles. En second lieu, ces pièces sont allographes, écrites d’une plume autre, étrangère et possiblement perçue comme intrusive. Le contrat de lecture tacite entre le lecteur et l’auteur de l’ouvrage repose sur une relation duelle, dans laquelle des tiers viennent ici interférer. Enfin, considérées comme des pièces de circonstance et de commande, on leur prête à tort ou à raison des qualités littéraires contestables, à tout le moins inférieures à celles qui se manifestent dans l’œuvre. Ajoutons que ces écrits relèvent du genre encomiastique, d’une rhétorique de l’éloge fort commune au XVIIe siècle mais dont les excès et les artifices ont contribué à son progressif déclin lors des siècles suivants. Le genre encomiastique n’ayant plus les mêmes attraits pour le lecteur d’aujourd’hui, celui-ci ne pourrait retenir de ces écrits que leur effet dilatoire : ils retardent, plus ou moins longuement, l’entrée en matière.

Ecriture de la marge, cette pratique n’avait cependant rien de marginal. Elle prend son sens dans le long processus d’émergence du champ littéraire (A. Viala), entendu comme champ social et culturel autonome, tout au long de l’âge baroque et de l’âge classique. La dépendance vis-à-vis du pouvoir extra-littéraire reste forte, comme en témoignent, dans les publications, les épîtres dédicatoires. Celles-ci matérialisent les deux formes de rétribution que sont le mécénat et le clientélisme. Mais les pièces liminaires dédiées à l’auteur occupent une tout autre fonction, tournée celle-ci vers la légitimation interne du pouvoir littéraire, par le biais de la reconnaissance par les pairs et du cautionnement réciproque. Elles sont le reflet d’un autre réseau de sociabilité, celui des proches, des amis, des fraternités et des parrainages intellectuels. Toutes ces voix s’accordent pour célébrer les qualités de l’auteur et de son œuvre, en un geste éminemment public et démonstratif. Laudateur des princes dont il sollicite la faveur, l’auteur devient à son tour sujet de louange : on le célèbre, on contribue à sa notoriété ou son prestige. Mais le but recherché est aussi de valoriser l’activité littéraire pour elle-même.

Afin de contribuer à une meilleure connaissance de cette pratique littéraire et sociale, nous proposons de réaliser une étude bibliographique et critique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France, publiés entre 1598 et 1630.

Ni le XVIIe siècle, ni le genre poétique n’ont l’exclusivité de cette pratique. Née dans les cercles humanistes de la Renaissance, elle couvre l’ensemble des formes d’écriture savante et littéraire publiées sous la forme de recueil d’auteur, et ne concerne donc pas les courtes publications de circonstance et les recueils collectifs ou anonymes. Les ouvrages poétiques nous semblent un point de départ pertinent pour deux raisons. D’une part, ces pièces liminaires sont presque exclusivement composées en vers et sont elles-mêmes des compositions poétiques. Elles entrent donc en résonance formelle avec l’œuvre qu’elles introduisent. D’autre part, au XVIIe siècle, la poésie est considérée comme le genre noble, le genre littéraire par excellence où les qualités d’écriture trouvent le mieux à s’exprimer. La poésie est le lieu privilégié de la littérarité. Enfin, du point de vue chronologique, il nous semble intéressant d’étudier les effets intra-générationnels, en privilégiant une génération de poètes, celle qui composa entre 1598 et 1630.