Tristan et les Sainte-Marthe : nouveaux regards sur une rencontre initiatique

Il faut se figurer un adolescent de dix-sept ans, François L’Hermite (1601-1655), qui
entre au service d’un homme âgé de quatre-vingt-deux ans, Scévole de Sainte-Marthe (1536-1623), pour en devenir le lecteur attitré et le bibliothécaire. Tous deux sont issus de la petite noblesse, mais François est désargenté et Scévole, argentier, lui qui acheta son office de contrôleur général des finances de Poitou. Nous sommes en 1618 et cette rencontre ne durera guère plus de quinze mois. Les travaux récents sur Scévole de Sainte-Marthe, en particulier la publication scientifique de ses œuvres complètes par Jean Brunel1 , nous invitent à redécouvrir l’art et la pensée de ce grand humaniste, qui fit une forte impression sur le jeune François L’Hermite, lequel prendra le nom de plume de Tristan. C’est un prétexte stimulant, aujourd’hui, pour poser à nouveau le regard sur une rencontre dont Jean Serroy a souligné le caractère symbolique2 et Patrick Riard la dimension initiatique3 .

Ce qui frappe en premier lieu, c’est le contraste entre deux destins et entre deux
tempéraments que tout, ou presque, semble opposer. Scévole est un personnage solaire, apollinien. Il est réputé pour son éloquence et son sens diplomatique. Tristan est un jeune homme mélancolique et saturnien, mal à l’aise dans ce monde et qui n’eut pas beaucoup de bonheur dans le choix de ses protecteurs. À ce sujet, comme l’a écrit Alain Génetiot, « Tristan avec une belle constance a toujours choisi le mauvais parti4 ». Scévole est au crépuscule d’une carrière, qui fut à la fois brillante dans les lettres et dans les affaires, les siennes étant liées à celles du royaume. Tristan est à l’aube d’une trop courte vie de doutes et de désillusions, précaire et sans opulence, mais heureusement marquée par de beaux succès littéraires et une entrée à l’Académie française. Scévole eut une descendance, qui s’illustra dans les belles-lettres. Tristan mourut sans fonder de famille. Scévole avait une santé robuste, Tristan souffrait de tuberculose, mal qui l’emporta à l’âge de 54 ans ; il vécut donc trente ans de moins que Scévole. La mort de Scévole fut presque un événement national ; celle de Tristan, selon Amédée Carriat5, passa presque inaperçue. Que pouvait représenter la gloire de Scévole aux yeux du Tristan adolescent ou du Tristan plus avancé en âge, alors qu’il écrivait le Page disgracié ? L’image de celui qu’il ne serait jamais ? Celle d’une réussite inaccessible, d’une carrière impossible ?

Si tout cela les oppose, l’amour de la littérature les réunit, comme la passion de la lecture. Et le goût du surnom, de l’identité forgée par soi-même. Scévole au lieu de Gaucher ; Tristan en place de François. Cette manière de se choisir un nom, en retenant un trait de sa personnalité ou de ses goûts, est commune aux deux auteurs. Gaucher se latinise, François se « médiévalise » en se rêvant chevalier mélancolique. Il y a chez chacun d’entre eux comme une même nostalgie pour un passé idéalisé et riche de symboles ou de mystères ; Gaucher se tourne vers la gloire des antiques, comme les humanistes de sa génération ; François, par le nom de son vaillant ancêtre, réveille le temps des croisades et des épopées médiévales6 . Les auteurs des XVIe et XVIIe siècles étaient friands de ces jeux sur les noms, sur les identités, masquées ou révélées selon les circonstances. Il y a comme une réminiscence de Perceval : « Car par le nom connaît-on l’homme7  », disait, au début du Conte du Graal, la mère du futur chevalier arthurien. Cette connaissance peut être une quête de soi-même.

Lire la suite dans la version numérique de l’article publiée par Classiques Garnier.

Notes :

1 Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, édition chronologique avec introduction, notes et variantes par Jean Brunel, 5 volumes, Genève, Droz, 2010-2016. Nous pensons également à la communication de Paule Desmoulière « Le Tumulus pour Scévole de Sainte-Marthe : du livre au tombeau » lors des journées d’études sur « Les métaphores du livre à la Renaissance » au Collège de France, le 1 er juin 2018 et à la notice que Didier Veillon a consacré à ce grand humaniste dans Écrivains juristes et juristes écrivains du Moyen Âge au siècle des Lumières, ouvrage collectif sous la direction de Bruno Méniel, Paris, Classiques Garnier, 2015.
2 Tristan L’Hermite, Œuvres complètes, I, Prose ; publ. sous la dir. de Jean Serroy ; avec la collab. de Bernard Bray, Amédée Carriat et Marc Fumaroli, Paris, H. Champion, 1999, « La vie de Tristan », p. 12.
3 Patrick Riard, « Le Page et son initiation : quelle alchimie pour devenir poète ? », in Berrégard (Sandrine), Adam (Véronique) (dir.), Sur Le Page disgracié. Vingt-quatre études des Cahiers Tristan L’Hermite, p. 161-174.
4 Alain Génetiot, « Introduction à La Lyre », Œuvres complètes de Tristan L’Hermite, publ. sous la dir. de Jean-Pierre Chauveau, tome 2, 2002, Paris, H. Champion, p. 222.
5 Amédée Carriat, Éloge d’un poète, 1955, p. 19. 
6 Le surnom de Tristan que François L’Hermite s’est donné fait référence à son ancêtre qui fut conseiller de Charles VII et de Louis XI, mais aussi au roman médiéval Tristan et Yseut, qui fit l’objet de plusieurs éditions à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècles, au destin tragique de son héros légendaire.
7 La mère de Perceval lui prodigue ce conseil : « N’aiez longuement compagnon/ Que vos ne demandiez son non ; / Le non sachiez a la parsome/ Car par le non conuist an l’ome. », Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, éd. Daniel Poirion, Paris, Gallimard, Pléiade, 1994, « Perceval ou le Conte du Graal, p. 699, v. 559-562.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Frédéric Martin (17 septembre 2023). Tristan et les Sainte-Marthe : nouveaux regards sur une rencontre initiatique. Les politesses du seuil. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sywm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.