Les 12 provinces de France en 1614

Les poètes du début du XVIIe siècle, objets de notre étude, étaient particulièrement attachés à leur ancrage territorial, qui faisait partie intégrante de leur identité. La désignation de leur lieu d’origine est fréquente dès la page de titre :

– Les Travaux sans travail, de Pierre Davity, de Tournon en Viveroys. (1609)
Les Premieres Idees d’Amour, de François Berthrand, d’Orleans (1599)
L’Eglise triomphante… Par Claude Billard, Bourbonnois, Sieur de Courgeney (1618)
Le Jardin d’Apollon et de Clemence… Par Estienne Bournier, Molinois Bourbonnais (1606)
Le Bouquet royal tousjours fleurissant, composé des vertus Royales de trois grands Roys. C. Brunel de la Comté d’Avignon (1620)
– Les Divers souhaits d’Amour. Par le S. Du Souhait, gentil-homme Champenois (1599)
– L’Espadon satyrique, par le sieur de Franchere [Claude d’Esternod], gentilhomme franc-comtois (1619)
etc.

Quelques jours après l’adoption par l’Assemblée nationale de la carte de France à 13 régions, il est piquant de rappeler qu’il y a précisément 400 ans, lors des États généraux de 1614, le royaume de France était subdivisé en 12 provinces (ou « gouvernements »).

En voici la liste, par ordre alphabétique :

– Gouvernement de Bourgogne et de Bresse
– Gouvernement de Bretagne
– Gouvernement de Champagne
– Gouvernement de Dauphiné
– Gouvernement de Guyenne
– Gouvernement de Haut-et-Bas Languedoc
– Gouvernement de l’Ile-de-France
– Gouvernement du Lyonnais
– Gouvernement de Normandie
– Gouvernement de l’Orléanais
– Gouvernement de Picardie
– Gouvernement de Provence

Consulter la carte en mode zoom sur Gallica

Bien entendu, les limites géographiques et administratives de la France n’étaient pas celles d’aujourd’hui. Le Béarn fut rattaché à la Couronne de France en 1620, l’Alsace, la Lorraine et le Barrois en 1648, l’Artois et le Roussillon en 1659, la Flandre en 1668, la Franche-Comté en 1678, la Corse en 1768…

Les politesses du seuil

Les ouvrages publiés au XVIIe siècle contiennent pour une grande part des objets littéraires d’une nature particulière : les pièces liminaires dédiées à l’auteur. Ces textes ne retiennent généralement pas l’attention des chercheurs ou des amateurs, pour plusieurs raisons : premièrement, elles font partie du paratexte, ou plus précisément du « péritexte » (G. Genette) et non de l’œuvre elle-même. Or, le paratexte comme objet de recherche est de création relativement récente et son application actuelle porte surtout sur la période contemporaine, à deux remarquables exceptions : la thèse de Wolfgang Leiner (Université de Tübingen) dans les années 60  consacrée aux épîtres dédicatoires en France de 1580 à 1715 ; le projet en cours  « Idées du Théâtre » sous la direction de Marc Vuillermoz (Université de Savoie), portant sur les textes liminaires placés en tête des pièces de théâtre françaises, italiennes et espagnoles des XVIe et XVIIe siècles. En second lieu, ces pièces sont allographes, écrites d’une plume autre, étrangère et possiblement perçue comme intrusive. Le contrat de lecture tacite entre le lecteur et l’auteur de l’ouvrage repose sur une relation duelle, dans laquelle des tiers viennent ici interférer. Enfin, considérées comme des pièces de circonstance et de commande, on leur prête à tort ou à raison des qualités littéraires contestables, à tout le moins inférieures à celles qui se manifestent dans l’œuvre. Ajoutons que ces écrits relèvent du genre encomiastique, d’une rhétorique de l’éloge fort commune au XVIIe siècle mais dont les excès et les artifices ont contribué à son progressif déclin lors des siècles suivants. Le genre encomiastique n’ayant plus les mêmes attraits pour le lecteur d’aujourd’hui, celui-ci ne pourrait retenir de ces écrits que leur effet dilatoire : ils retardent, plus ou moins longuement, l’entrée en matière.

Ecriture de la marge, cette pratique n’avait cependant rien de marginal. Elle prend son sens dans le long processus d’émergence du champ littéraire (A. Viala), entendu comme champ social et culturel autonome, tout au long de l’âge baroque et de l’âge classique. La dépendance vis-à-vis du pouvoir extra-littéraire reste forte, comme en témoignent, dans les publications, les épîtres dédicatoires. Celles-ci matérialisent les deux formes de rétribution que sont le mécénat et le clientélisme. Mais les pièces liminaires dédiées à l’auteur occupent une tout autre fonction, tournée celle-ci vers la légitimation interne du pouvoir littéraire, par le biais de la reconnaissance par les pairs et du cautionnement réciproque. Elles sont le reflet d’un autre réseau de sociabilité, celui des proches, des amis, des fraternités et des parrainages intellectuels. Toutes ces voix s’accordent pour célébrer les qualités de l’auteur et de son œuvre, en un geste éminemment public et démonstratif. Laudateur des princes dont il sollicite la faveur, l’auteur devient à son tour sujet de louange : on le célèbre, on contribue à sa notoriété ou son prestige. Mais le but recherché est aussi de valoriser l’activité littéraire pour elle-même.

Afin de contribuer à une meilleure connaissance de cette pratique littéraire et sociale, nous proposons de réaliser une étude bibliographique et critique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France, publiés entre 1598 et 1630.

Ni le XVIIe siècle, ni le genre poétique n’ont l’exclusivité de cette pratique. Née dans les cercles humanistes de la Renaissance, elle couvre l’ensemble des formes d’écriture savante et littéraire publiées sous la forme de recueil d’auteur, et ne concerne donc pas les courtes publications de circonstance et les recueils collectifs ou anonymes. Les ouvrages poétiques nous semblent un point de départ pertinent pour deux raisons. D’une part, ces pièces liminaires sont presque exclusivement composées en vers et sont elles-mêmes des compositions poétiques. Elles entrent donc en résonance formelle avec l’œuvre qu’elles introduisent. D’autre part, au XVIIe siècle, la poésie est considérée comme le genre noble, le genre littéraire par excellence où les qualités d’écriture trouvent le mieux à s’exprimer. La poésie est le lieu privilégié de la littérarité. Enfin, du point de vue chronologique, il nous semble intéressant d’étudier les effets intra-générationnels, en privilégiant une génération de poètes, celle qui composa entre 1598 et 1630.