Praises on the threshold: using the paratext to re-create the social network of French poets in the early 17th century

Praises on the threshold: using the paratext to re-create the social network of French poets in the early 17th century

circles2

From about 1550 to 1650, it was a very common practice for authors to ask their friends and peers to write poems of praise that they would place into the liminary space of their books. Their role and meaning within the literary and social frameworks at that time have not been studied yet in a global way. However, this practice was neither mundane nor anecdotal, but a distinctive feature of the Republic of Letters.

Indeed, this paratextual material appears to be of great interest and perfectly suitable for a cross-disciplinary approach.

History of the book

Liminary poems are designed to function as a captatio benevolentiae delegated to a third party. They take part to a “marketing strategy” involving both the author, the publisher and the reader. They prove the circulation of the texts in a manuscript format before their printing. Besides, the individual components of the paratextual system (dedication, preface, privilege, “the author to the reader”, “the publisher to the author”, “the publisher to the reader”, etc.) are affiliated in a complex way. This also raises the question of how the roles are divided between the author of the book, the authors of the liminary poems, and the bookseller-publisher (for instance, the choice of the poem’s titles, their precise locations in the book, their removal from an edition to one another…).

History of literature

These liminary poems belong to a literary sub-genre – the friendship poetry, that was very prolific at the end of the XVIth century and the beginning of the XVIIth century: epithalamiums, consolationes (for instance the well-known stanzas Consolation à Monsieur Du Périer by François de Malherbe), funeral orations or poems that celebrate friendship itself. We find them not only as paratextual contents but also as part of the work, in individual handbooks as well as collective anthologies. The rhetorical devices for encomiastic praise are used in association with specific topoï : the traditional qualities of the perfect poet, as defined for example in Les Marguerites françoises (1614) by Esprit Aubert. In addition, it should be noted that these poems express some kind of reflexiveness and self-referentiality. They are poetical praises of poetry.

Sociology of literature

The friendship poetry gives valuable information about the relations between poets and about their belonging to varied social circles (local notability, family, childhood friends, professors and pupils…). The concept of Republic of Letters could thus be taken in a broader view. By studying the social network of French poets in the early 17th century, we will reassess the importance that some of them really had in the literary field of that time. A few minores and less-known figures seem to have played a central role at the intersection of several circles.

Our project

Considering this, Praises on the threshold (in French: Les Politesses du seuil) is an ongoing research about liminary poems dedicated to the author in French poetical works (1598-1630). Within the framework of a thesis (PhD) in French literature at the University of Paris-Sorbonne (Paris IV), we defined three main objectives:

  • enhance the bibliographic knowledge of liminary verse by providing a comprehensive inventory, within an estimated corpus of 700 works published between 1598 and 1630,
  • analyze the topical, rhetorical and poetical dimensions of these friendly praises,
  • provide an interactive visualization of all the peer relationships
    that form the network of this literary sociability (about 4,000 individual people).

Fruchterman Reingold
1. Social graph of French poets (1598-1630), by using Gephi and the « Fruchterman Reingold » algorithm

Yifan Hu
2 .Social graph of French poets (1598-1630), by using Gephi and the « Yifan Hu » algorithm

démonstrateur
3. Beta website and proof-of-concept (only on a small amount of data) : http://these.acalon.fr/

Further information (in French) :

http://politesses.hypotheses.org

Martin Frédéric, « Musarum frater, amice : les réseaux de sociabilité poétique à travers les pièces liminaires (1598-1630) », Revue d’histoire littéraire de la France 1/2015 (Vol. 115) , p. 137-147 – URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2015-1-page-137.htm

DOI : 10.3917/rhlf.151.0137

Any support to this project would be most welcome.

Frédéric Martin

Présentation du projet dans la RHLF 2015/01

Notre projet de recherche est également présenté dans le premier volume de 2015 de la Revue d’Histoire littéraire de la France (RHLF), par le biais d’un article intitulé : « Musarum frater, amice : les réseaux de sociabilité poétique à travers les pièces liminaires (1598-1630). »

En voici les références précises :

Martin Frédéric, « Musarum frater, amice : les réseaux de sociabilité poétique à travers les pièces liminaires (1598-1630) », Revue d’histoire littéraire de la France 1/2015 (Vol. 115) , p. 137-147
URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2015-1-page-137.htm.
DOI : 10.3917/rhlf.151.0137

Les 12 provinces de France en 1614

Les poètes du début du XVIIe siècle, objets de notre étude, étaient particulièrement attachés à leur ancrage territorial, qui faisait partie intégrante de leur identité. La désignation de leur lieu d’origine est fréquente dès la page de titre :

– Les Travaux sans travail, de Pierre Davity, de Tournon en Viveroys. (1609)
Les Premieres Idees d’Amour, de François Berthrand, d’Orleans (1599)
L’Eglise triomphante… Par Claude Billard, Bourbonnois, Sieur de Courgeney (1618)
Le Jardin d’Apollon et de Clemence… Par Estienne Bournier, Molinois Bourbonnais (1606)
Le Bouquet royal tousjours fleurissant, composé des vertus Royales de trois grands Roys. C. Brunel de la Comté d’Avignon (1620)
– Les Divers souhaits d’Amour. Par le S. Du Souhait, gentil-homme Champenois (1599)
– L’Espadon satyrique, par le sieur de Franchere [Claude d’Esternod], gentilhomme franc-comtois (1619)
etc.

Quelques jours après l’adoption par l’Assemblée nationale de la carte de France à 13 régions, il est piquant de rappeler qu’il y a précisément 400 ans, lors des États généraux de 1614, le royaume de France était subdivisé en 12 provinces (ou « gouvernements »).

En voici la liste, par ordre alphabétique :

– Gouvernement de Bourgogne et de Bresse
– Gouvernement de Bretagne
– Gouvernement de Champagne
– Gouvernement de Dauphiné
– Gouvernement de Guyenne
– Gouvernement de Haut-et-Bas Languedoc
– Gouvernement de l’Ile-de-France
– Gouvernement du Lyonnais
– Gouvernement de Normandie
– Gouvernement de l’Orléanais
– Gouvernement de Picardie
– Gouvernement de Provence

Consulter la carte en mode zoom sur Gallica

Bien entendu, les limites géographiques et administratives de la France n’étaient pas celles d’aujourd’hui. Le Béarn fut rattaché à la Couronne de France en 1620, l’Alsace, la Lorraine et le Barrois en 1648, l’Artois et le Roussillon en 1659, la Flandre en 1668, la Franche-Comté en 1678, la Corse en 1768…

Les politesses du seuil

Les ouvrages publiés au XVIIe siècle contiennent pour une grande part des objets littéraires d’une nature particulière : les pièces liminaires dédiées à l’auteur. Ces textes ne retiennent généralement pas l’attention des chercheurs ou des amateurs, pour plusieurs raisons : premièrement, elles font partie du paratexte, ou plus précisément du « péritexte » (G. Genette) et non de l’œuvre elle-même. Or, le paratexte comme objet de recherche est de création relativement récente et son application actuelle porte surtout sur la période contemporaine, à deux remarquables exceptions : la thèse de Wolfgang Leiner (Université de Tübingen) dans les années 60  consacrée aux épîtres dédicatoires en France de 1580 à 1715 ; le projet en cours  « Idées du Théâtre » sous la direction de Marc Vuillermoz (Université de Savoie), portant sur les textes liminaires placés en tête des pièces de théâtre françaises, italiennes et espagnoles des XVIe et XVIIe siècles. En second lieu, ces pièces sont allographes, écrites d’une plume autre, étrangère et possiblement perçue comme intrusive. Le contrat de lecture tacite entre le lecteur et l’auteur de l’ouvrage repose sur une relation duelle, dans laquelle des tiers viennent ici interférer. Enfin, considérées comme des pièces de circonstance et de commande, on leur prête à tort ou à raison des qualités littéraires contestables, à tout le moins inférieures à celles qui se manifestent dans l’œuvre. Ajoutons que ces écrits relèvent du genre encomiastique, d’une rhétorique de l’éloge fort commune au XVIIe siècle mais dont les excès et les artifices ont contribué à son progressif déclin lors des siècles suivants. Le genre encomiastique n’ayant plus les mêmes attraits pour le lecteur d’aujourd’hui, celui-ci ne pourrait retenir de ces écrits que leur effet dilatoire : ils retardent, plus ou moins longuement, l’entrée en matière.

Ecriture de la marge, cette pratique n’avait cependant rien de marginal. Elle prend son sens dans le long processus d’émergence du champ littéraire (A. Viala), entendu comme champ social et culturel autonome, tout au long de l’âge baroque et de l’âge classique. La dépendance vis-à-vis du pouvoir extra-littéraire reste forte, comme en témoignent, dans les publications, les épîtres dédicatoires. Celles-ci matérialisent les deux formes de rétribution que sont le mécénat et le clientélisme. Mais les pièces liminaires dédiées à l’auteur occupent une tout autre fonction, tournée celle-ci vers la légitimation interne du pouvoir littéraire, par le biais de la reconnaissance par les pairs et du cautionnement réciproque. Elles sont le reflet d’un autre réseau de sociabilité, celui des proches, des amis, des fraternités et des parrainages intellectuels. Toutes ces voix s’accordent pour célébrer les qualités de l’auteur et de son œuvre, en un geste éminemment public et démonstratif. Laudateur des princes dont il sollicite la faveur, l’auteur devient à son tour sujet de louange : on le célèbre, on contribue à sa notoriété ou son prestige. Mais le but recherché est aussi de valoriser l’activité littéraire pour elle-même.

Afin de contribuer à une meilleure connaissance de cette pratique littéraire et sociale, nous proposons de réaliser une étude bibliographique et critique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France, publiés entre 1598 et 1630.

Ni le XVIIe siècle, ni le genre poétique n’ont l’exclusivité de cette pratique. Née dans les cercles humanistes de la Renaissance, elle couvre l’ensemble des formes d’écriture savante et littéraire publiées sous la forme de recueil d’auteur, et ne concerne donc pas les courtes publications de circonstance et les recueils collectifs ou anonymes. Les ouvrages poétiques nous semblent un point de départ pertinent pour deux raisons. D’une part, ces pièces liminaires sont presque exclusivement composées en vers et sont elles-mêmes des compositions poétiques. Elles entrent donc en résonance formelle avec l’œuvre qu’elles introduisent. D’autre part, au XVIIe siècle, la poésie est considérée comme le genre noble, le genre littéraire par excellence où les qualités d’écriture trouvent le mieux à s’exprimer. La poésie est le lieu privilégié de la littérarité. Enfin, du point de vue chronologique, il nous semble intéressant d’étudier les effets intra-générationnels, en privilégiant une génération de poètes, celle qui composa entre 1598 et 1630.